AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aphrodyte Lowell ;; Finis

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Jeu 13 Aoû - 21:25

• Veuillez décliner votre identité •


I just want to touch the money

» Nom : Lowell
» Prénom : Deux prénoms originaux pour une femme originale, c’est ainsi que ma mère voyait les choses, elle me nomma Aphrodyte Guardian. J’en ai assez souffert dans mon enfance, pour en être fière à présent.
» Surnom : Je ne possède pas un prénom facile à porter, de plus, il n’y a aucun surnom qui aille avec, alors que pour d’autre prénom, les surnoms viennent directement, tel Steph pour Stephanie, Meg pour Megan et autre. Je ne possède donc pas de surnom.

• Et si tu te présentais •

    » Avatar, célébrité : Sophia Bush
    » Pseudo, ou surnom : Mistinguette // Coeur_Noisette
    » Age : 15 ans
    » Sexe : Fille [X] Garçon [ ]
    » Que pensez vous du design ? : J'adore
    » Comment avez vous connu le forum ? : Sur un autre forum
    » Présence sur le Forum :

    [ ] TRES ACTIF (connexion tous les jours)
    [X] ACTIF (minimum 4 connexions par semaine)
    [ ] PASSAGER ( deux a trois connexions par semaine)
    [ ] ASSEZ EFFACE (une voir aucune connexion par semaine)


    » Raisons pour lesquels vous viendrez vous connectez peu sur le forum : Les cours
    » Code du règlement : Okay by Clay



Dernière édition par Aphrodyte Lowell le Jeu 13 Aoû - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Jeu 13 Aoû - 23:46

• Il était une fois... •

« Il était une fois, une princesse née des songes de ses parents, roi et rennes du plus grand royaume du territoire. Ils l’avaient imaginé au teint de pêche, aux cheveux brun comme le bois avec quelque reflet or rappelant la richesse dont ses parents jouissaient. Cette sublime princesse était aimée par tout le royaume sauf par cette horrible sorcière vivant a l’entrée de la sombre forêt magique. Un jour, la princesse s’enfuit de son palace avec ses chères compagnons a la recherche d’aventure, elle fit vite perdu dans la ville entourant le château. Les gens s’agitaient autour d’elle, parlant fort et courant. A force de marcher, marcher et encore marcher, elle se retrouva dans les faubourgs. La princesse était déboussolée, effrayée, elle ne connaissait pas le monde qui l’entourait. Au détour d’une rue, une vieille femme, courber, cheveux grisonnant tombant en cascade sur ses petites épaules marchait tant bien que mal malgré une canne imposante. La princesse avait été élevé avec les règles de politesses, elle l’accompagna jusqu’à la bordure de la forêt. Avant que la princesse ne pu réagir, elle se retrouva dans un bocal. La vieille femme, dans un brouillard mauve laissa place a une sublime femme, cheveux d’un noir corbeau couvrant sa poitrine, un teint de neige qui faisait ressortir ses yeux vert. La princesse fût obligée de travailler pour répondre aux attentes de la méchante sorcière. Son père, le roi, envoyait des cavaliers a sa recherche chaque jour passant, a chaque coucher de soleil, les cavaliers rentraient tant bien que mal au château. La princesse, chaque jour de plus en plus belle, faisait de chaque jour que dieu fasse, un affront a la sorcière, causer par sa perpétuel beauté, sa générosité et sa gentillesse... »


    Je ne su jamais la fin de cette histoire, m’imaginant, petite, chaque soir, une fin différente. Ensuite j’attendais que ma mère rentre pour lui raconter mais je ne tenais jamais jusqu’à ce qu’elle franchise le seuil de la porte. Les bras de Morphée étaient tellement tentant a chaque fois, si confortable. Ce monde dirigé par des illusions, par l’imagination était le monde dont je rêvais les yeux ouvert. Pour moi, cette princesse sans véritable nom était là personne idéal avant de comprendre qu’elle n’était pas née des songes de ses parents mais des miens, que cette princesse aux longs cheveux brun n’était qu’une représentation de moi dans un monde que je ne puisse connaître. Cette histoire avait bercée les soirs de ma tendre enfance, me faisant rêver a un tendre monde, dirigée par un roi et une reine offrant tout a leur peuple. Puis a mes 7 ans, le nuage blanc dans le ciel bleu se dissipa sous mes pieds, me laissant tombé en tête à tête avec le monde réel, celui qui m’effrayait temps... Je ne puis jamais me fondre dans la ‘masse’, chaque rentrée dans une nouvelle classe était une épreuve difficile, je savais que ma place n’était pas dans ce monde. Je n’existait pas pour les autres, existaient-ils donc pour moi ? Je n’en sais rien, encore maintenant, j’ai fais un trait et j’ai délibérément oublié cette partie de mon enfance, celle où la cruauté enfantine se réveille. Je ne ressemblait en rien a ma chère mère, ni a mon père. Mes 10 premières années fut simple, tel une vie lambda, sans aucune importance. La routine c’était vite installé dans ma petite famille, et je n’aurais jamais penser que celle-ci allait me manquer. Comme tous les soirs, après l’école, je m’éclipsais dans ma chambre afin de réviser. J’étais partie pour prendre ma douche quand , soudain, on frappa a la porte, je commença à descendre les escaliers, quand ma mère affolé m’attrapa le bras et m’amena dans sa chambre.


M ; « Tu dois rester sous ce lit, sans faire de bruit, jusqu’à ce que je vienne te chercher, ta compris ? »
A ; « Oui, mais pourquoi ? Qu’est-ce qu’il ce passe ? »
M ; « Ne t’en occupe pas et fais ce que je te dis ! »
A ; « Mais mam... »
M ; « Tout de suite ! »


    Je me faufila sous le lit, j’étais effrayé, que pouvait-il se passer d’autant grave pour que ma mère puisse s’affoler ainsi ? J’entendis un coup de feu, et plaça instinctivement ma main devant ma bouche pour étouffer le cri. La porte s’ouvrit, je reconnue les chaussures a ma mère. Je m’apprêtais à sortir quand un homme enfonça la porte, le lit se trouvait dans un coin, je me colla a un mur pour ne pas dévoiler ma présence. Un deuxième bruit sourd me fit sursauter et j’étouffa un second cri, un choc fit trembler le parquet et je vis ma mère tomber inerte sur le sol de sa chambre. Elle me regardait, ses yeux remplit d’amour laissèrent échapper une dernière larme avant que l’homme ne l’achève. Je ne sais pas combien de temps je resta caché sous le lit a regarder les yeux vident de toute expression de ma mère, je peux juste vous dire que quand je suis sortit de ma cachette, le soleil était couché. Je fus retrouvé par la voisine, qui venait juste pour du sel. Mon père avait aussi été tué. Quand je descendis les escaliers accompagné, d’une assistante sociale, de ma voisine et d’un policier, je vu cette forme sous ce drap blanc taché d’un rouge vif, j’identifia les chaussures de mon père. Ma tante arriva le lendemain, j’allais être placé sous sa garde. Je ne l’avais vu que très peu de fois, une au mariage de mes parents, une autre fois a son mariage, puis a l’enterrement de mes grand-parents. A l’époque je ne me doutais pas que la prochaine fois que j’allais la voir c’était a l’enterrement de mes parents. J’étais jeune, trop jeune, elle n’avait pas d’enfant et venait de se séparer de son mari, elle acheta un appartement à Jericho pour ne pas supprimer tout mes repères.

    Je quitta l’école primaire, sans regret, pressé de rencontrer de nouvelles têtes avec lesquelles je pourrais sympathiser. La fin de cette période, fût un énorme rebondissement dans ma vie. Mon corps de petite fille se transforma en celui d’une femme. Je me rappelle la peur que j’ai ressentie la première fois où j’ai vu mon corps changer. J’avais peur, peur de changer en mal, qu’allais-je devenir ? Une de ces filles qu’on voit a la télévision ? Populaire, intelligente et méchante ? Ou les autres, celles qu’on cache derrière de grosses lunettes et des accoutrements ridicules ? J’étais là, bien présente, pourtant leurs yeux voyaient a travers moi, n’étais-je donc qu’une ombre ? Qu’une âme de plus en ce monde ingrat ? Sans hésitation, je vous répondrais que oui, et ma réponse se justifie mais je garderais les justifications secrètes. Mon premier grand devoir fût une rédaction, demandée par la prof d’anglais, une femme d’une cinquantaine d’année, cheveux brun et court, des yeux noirs caché par d’énorme lunette, elle possédait un air sévère mais a la fois timide, la façon dont elle fronçait les sourcils lui faisait apparaître de minuscule rides. Elle possédait aussi ce toc, que les gens de la classes s’amusaient a imiter, mais qui m’agaçait du plus au point, elle adorait faire le remake de la pub l’oréal avec ses cheveux, laissant ensuite affleurer un sourire mesquin. En une rédaction, je devais lui raconter ma vie, mes parents, mes idées, mes ressentis. A cette période, j’étais si stupide, utiliser la totale vérité pour une simple rédaction, une note dans un océan d’échec. Pour chaque rédactions qui suivirent, je menti, sans me privée. La vérité n’était quelque fois, pas si bonne a dire.

    Je n’étais pas la fille populaire ni la souffre douleur, j’étais entre deux. La fille qu’on ne calcule pas car elle n’est pas assez bien mais qui est toujours là pour vous aider pour un devoirs pas finis. Je n’avais qu’un ami, oui sans e, je n’arrivais pas vraiment a m’entendre avec les filles de mon âge. D’un naturel assez réservé je l’étais encore plus depuis la mort brutal de mes parents. Ma tante m’avait souvent demander si je ne voulais pas aller voir un psychologue, je refusais catégoriquement, je ne voulais pas être catalogué comme une folle. Mes notes me permettait de ne pas me poser de question pour passer en classe supérieur mais pas assez bien pour avoir une bourse. A 16 ans, je quitta l’école, ce qui était naturel pour moi, je n’étais pas faites pour les études. Secrètement, je pris des rendez-vous chez un psychologue. Un jour où j’avais rendez-vous chez mon psy, je m’arrêta devant une vitre teinté d’un magasin. Je regarda la femme qui se tenait debout, devant moi. Cette femme de taille moyenne, possèdent de long cheveux bruns tombant sur ses épaules. Ses yeux clairs, ressortait sur sa peau bronzé. La jeune demoiselle possédait un grain de beauté sur la joue droite, elle était de corpulence moyenne. Ses habits étaient sobres, elle passait ainsi inaperçue dans les rues de Jericho. Rien d’original ne sortait de cette fille complètement normal voir ennuyante. Je connais sans cette femme debout devant moi, ce n’était que le reflets de ce que je voulais montrer. Je fus sortit de mes pensées par mon téléphone, j’allais être en retard, je pressa le pas en même temps ma tante me donnais une liste de course a faire avant de rentrer. Je raccrocha une rue avant d’atteindre le bureau, je n’attendis pas longtemps dans la salle d’attente, enfin ce fut l’impression que j’eus. J’avais passer mon temps a regarder les poissons exotique dans l’aquarium imposant qui se trouvait au milieu de la salle d’attente. Invité par le psychologue, j’entra dans son bureau d’un style classique, avec plaquer au mur de gauche de nombreuses étagères avec dessus, plein de livre en psychologie. Comme dans un film, je m’allongea sur le sofa, mon cas était assez important j’avais donc eu le droit au sofa de cuir. Je parlais, racontant mes impressions, mes envies, mes rêves pendant que mon psychologue notait des choses sur son carnet. Une femme blonde, style BCBG entra dans la pièce, elle s’excusa au près de moi avant de demander au Docteur de la suivre. Je me releva, il avait fermé les rideaux pour que je me sente plus a l’aise mais seule dans cette pièce sombre, je me sentais étouffer. Je me leva fin de marcher avant d’apercevoir sur le bureau un dossier portant mon nom. La curiosité était un vilain défauts, et comme la plupart des femmes je possédais ce défaut. Je m’approcha, quelque rayons de lumière arrivais a rentrer malgré les volets vénitiens. J’attrapa le dossier, et l’ouvrit, je passa quelque page blanche avant de tomber sur une feuille noire d’écriture a la main. Il gardait donc tout ce qu’il écrivait sur son carnet dans ce dossier. Je voulais les lires mais quelque chose d’autre attira mon intention, la seule feuille où l’écriture venait d’un ordinateur. Elle avait été imprimé, je lus un mot sur 5, avant de tomber sur ma description psychologique ;


Jeune femme instable psychologiquement depuis son enfance, cause ; meurtre de ses parents.
Melle Lowell est quelqu’un de bornée, jalouse, franche, prête a tout pour avoir ce qu’elle souhaite. Avec un autre choc psychologique, elle pourrait devenir dangereuse mais pour l’instant, elle se referme sur elle même, n’osant pas dévoiler ce qu’il ne va pas. Ses idées noires, me font penser qu’elle souffre intérieurement et que si elle ne trouve pas une activité qui pourra lui changer les idées, elle pourrait se faire du mal. Elle possède un caractère de battante, elle pourrait bien si elle le souhaite, devenir importante dans une entreprise et dirigée plusieurs Hommes, il faut juste qu’elle arrête de tout intériorisé. Ses sarcasmes montrent un certain manque de confiance. Elle me parle souvent de la décoration de mon bureau ainsi que de mes vêtements, ce qui me fais penser qu’elle est observatrice, ce qui d’une certaine manière est un bon point. Elle revient plusieurs fois sur ses phrases afin de bien tout me décrire, ce qui montre un côté consciencieux, elle aime que tout soit parfait, surtout ce qu’elle fait.
Je pense qu’en 50 séance, tout ira mieux, ensuite je lui donnerais des séances moins régulière.


    Ce fût le seul paragraphe que j’eus le temps de lire, je vis les ombres des pas se glisser en dessous de la porte. Je rangea tout, avant de courir me rallonger sur le canapé. Pendant le reste de la séance, je lui raconta mes rêves. Après avoir fais les courses je rentra chez moi et continua ma vie. J’arrive à avoir un droit de port d’arme, je fais toutes les démarches a faire pour devenir chasseuse de prime. Je fais mes débuts comme secrétaires dans un groupe de chasseurs de primes puis ensuite je deviens l’une d’entre eux, avant de travailler a mon compte. Mon côté passe partout, me permet de chasser les criminels. J’aime ce métier, car il me permet de me défouler. Il y a moins de restriction que d’être flics, plus de possibilité qui des fois vous permettre d’attraper le criminel. Ce métier, a changer quelque peu ma vie, j’ai réussis a extériorisé les choses, j’ai aussi appris a utiliser mes défauts par rapport a mes besoins. Ma garde robe, en est l’exemple même. Je possède diverses tenue, décontracté ou plus classe, chacune pour un lieux particulier. Aujourd’hui, je possède le permis de tué. Alors que les demandes d’arrestations arrive par dizaine, une seule sort du lot. Celle d’un dangereux criminel, Jason Voorhees. La prime est plus qu’alléchante, il est hors de question de refuser ce travaille. Bien sur, je m’attend a n’être pas la seule sur le coup, mais je sais me vendre, et avoir les bonnes informations. J’arrive à Otlake prête a obtenir la prime coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Helen Shivers
    A D M I N ••
      The past never dies

avatar

« Hùmeur : I'm totally paniced
« Groùpe : I'm survivor of Ben Wills
« Messages : 137

i know what you did last summer
Santé:
100/100  (100/100)
Relations:
Topic(s): Open

MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 14 Aoû - 1:13

Bienvenue sur le forum
Fiche terminée ?

_________________
The wounds of past are so strong.
I decided to protect myself to survive with you♥️

♥️Clay Miller♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 14 Aoû - 14:13

Bienvenue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Clay Miller

avatar

« Hùmeur : angoisse totale
« Groùpe : i'm a survivor of Jason Voorhees
« Messages : 104

i know what you did last summer
Santé:
75/100  (75/100)
Relations:
Topic(s): Open

MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 14 Aoû - 18:53

Helen Shivers a écrit:
Bienvenue sur le forum
Fiche terminée ?

    +1 I love you I love you
    Sinannn j'adore le reste de ta fiiche =D

_________________

© DODIXE & BISCOTTINE
La mort peut bien venir me chercher
Depuis que je t'ai rencontré
Plus rien ne semble pouvoir me toucher
Parce que tu es ma seule éternité


♥️ Helen Shivers

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friday-the-13.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 14 Aoû - 19:02

    Merci cheers
    Oui ma fiche est terminée
Revenir en haut Aller en bas
Helen Shivers
    A D M I N ••
      The past never dies

avatar

« Hùmeur : I'm totally paniced
« Groùpe : I'm survivor of Ben Wills
« Messages : 137

i know what you did last summer
Santé:
100/100  (100/100)
Relations:
Topic(s): Open

MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 14 Aoû - 22:26

Je te valide
Bon jeu parmi nous

_________________
The wounds of past are so strong.
I decided to protect myself to survive with you♥️

♥️Clay Miller♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   Ven 21 Aoû - 16:57

Bon Jeux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aphrodyte Lowell ;; Finis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aphrodyte Lowell ;; Finis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» groupes finis / très bon!!
» Continuité-Accroissement finis
» urgent: theoreme de rolle et des accroissements finis
» ensembles finis,dénombrement
» un résultat à démontrer du théorème des accroissements finis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dark secrets can kill :: ▬Your Identity... It's now :: Good-
Sauter vers: